Tribulations d’un précaire – Iain Levison

Certains d’entre nous ont pratiqué dans leur jeunesse, sur les rings ou les tatamis, diverses disciplines de confrontation. La probabilité d’avoir à s’en servir est faible. L’idée est, si un jour ça arrive, d’être prêt. Les livres de Iain Levison sont de ceux pour qui la lecture doit être considérée comme un sport de combat. Une discipline qu’il faut pratiquer régulièrement. Pour se tenir prêt. Surtout si l’on est soi-même à portée d’écriture. Il faut dans ces cas-là être préparé à prendre des phrases uppercut en pleine face, des punch-lines directes sous le menton, à mordre ses joues pour retenir éclats de rire dévastateurs autant que larmes d’émotion. Ce récit autobiographique, reparu il y a quelques semaines en format poche, ne fait pas exception. Bienvenue sur le ring de la comédie humaine, celui de la galère des jobs pourris, des merdes de la démerde, de l’exploitation des paumés, des étrangers, des pauvres, des étudiants, des petits malins, des grands losers. Ceux qui essaient de s’en sortir et qui nagent en buvant la tasse dans les eaux troubles d’une chaîne alimentaire où les gros mangent les moyens qui mangent les petits qui eux, ne mangent pas à leur faim. L’envers du rêve américain, vu d’endroits variés. « Quarante-deux emplois dans six états différents, j’en ai laissé tomber trente, on m’a viré de neuf, quant aux trois autres ça a été un peu confus »… L’auteur n’a pas son pareil pour vous rendre intime avec un personnage en quelques phrases, vous mettre de son côté, ou face à lui. On se sent humble devant tant d’humanité à vif, à vivre, vécue. Iain Levison fait œuvre d’écrivain. Deux fois. D’abord, en nous montrant d’un coup d’épaule bourru que chaque homme mérite respect et compassion. Ensuite, que certains de ces hommes tiennent leurs promesses, même celles qu’il se font à eux-mêmes. « Je pourrais écrire un bouquin sur cette merde. Des millions d’autres le pourraient aussi ». Iain Levison, lui, l’a fait. Respect ! Tribulations d’un précaire de Iain Levison – éditions Liana Levi, Piccolo.

Un commentaire

Répondre à michel d'HUEPPE Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s